Le temps des guépards, La France et son armée




Le soldat et l’historien

On connaît Michel Goya, ancien colonel des troupes de marine et docteur en histoire, pour des ouvrages très pertinents comme La chair et l’acier (Tallandier, 2004) ou Les vainqueurs, comment la France a gagné la Grande Guerre (Tallandier, 2018). Il revient en ce début d’année 2022 avec un ouvrage, Le temps des guépards, où il dresse un panorama des interventions militaires françaises depuis 1962 et où il pose la question de l’adaptation de notre outil militaire face aux temps qui viennent.

Une France en guerre permanente

Une réalité s’impose : la France n’a jamais cessé de mener des guerres, courtes et ponctuelles, périphériques et limitées. En Afrique, la France, liée par des accords de défense, n’a cessé d’intervenir en soixante ans. Pour ce faire, les gouvernements successifs ont bâti un outil adapté, appuyé sur un réseau de bases en Afrique, permettant l’intervention des forces armées. Mais il n’y a pas que l’Afrique : la France est intervenue en Ex-Yougoslavie, en Afghanistan et même en Irak dans les années 2010. Pourtant, les armées ont vu leurs effectifs baisser, la fin du service militaire et des budgets de plus en plus contraints (comme on dit dans la novlangue administrative).

Quel rôle pour la France ?

Michel Goya se montre parfois très critique de la manière dont les présidents successifs ont géré les interventions militaires : il pointe ici les nombreuses tergiversations de François Mitterrand en 1990 avant l’intervention au Koweït et surtout en ex-Yougoslavie. La France a eu des réussites, comme au Mali en 2013 et aussi commis des fautes : l’intervention en Lybie n’a mené qu’à des catastrophes, sans compter le Rwanda. Le livre de Michel Goya amène à se poser la question du rôle que veut jouer le pays, souvent dépendant du soutien américain (au moment où les États-Unis se concentrent désormais sur leur guerre froide avec la Chine) et trop rempli d’illusions quant à la mise en place d’une hypothétique défense européenne. Il pose la question de la réserve, à développer, et des matériels (pourquoi ne pas développer une culture de la récupération des anciens modèles ?).

Un ouvrage passionnant.

 

 

Sylvain Bonnet

Michel Goya, Le temps des guépards, Tallandier, janvier 2022, 367 pages, 21,90 €



Share

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.