Les actrices du IIIe reich, les divas maudites




Une historienne encore peu connue

Isabelle Mity est une spécialiste du monde germanique et enseigne la langue et la civilisation allemandes à l’université Paris-Dauphine. Chroniqueuse régulière au magazine Historia, elle préside également le Prix Historia du roman policier historique. Les actrices du IIIe Reich est, à ma connaissance, sa première publication

Un cinéma maudit

On ne peut pas dire qu’elle ait choisi un sujet facile. Ecrire un livre sur les actrices du IIIe reich revient à évoquer le cinéma allemand sous le nazisme, à l’ombre de ce chef d’œuvre de la haine antisémite que fut Le juif Süss de Veit Harlan. D’un point de vue plus cinéphile, le cinéma allemand des années 1933-1945 pâtit de sa comparaison avec l’extraordinaire période de Weimar et avec l’œuvre du génie que fut Fritz Lang. Or, il ressort de ce livre passionnant qu’il y eut de vraies stars et de bons films. De ces actrices peu connues de nos jours, il faut citer tout d’abord la magnifique Zarah Leander qui joua dans deux films de Detlef Sierck, le futur Douglas Sirk (l’auteur du fameux Tout ce que le ciel permet et de Mirage de la vie), Le bagne des femmes et La habanera. On la façonna pour être la réponse à Garbo et le résultat fut disons intéressant. Citons aussi Sybille Schmitz dont le destin inspira Fassbinder pour Le secret de Veronika Voss. Et Magda Schneider bien sûr, même si son meilleur film, Liebelei, fut tourné juste avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Sa fille Romy fera sa carrière et sa vie en réaction au parcours de sa mère. Pourquoi Goebbels cherche-t-il à créer des stars ? En partie parce que, malgré tous ses efforts, Marlène Dietrich refuse de revenir en Allemagne pour servir ce régime qu’elle déteste.

Un nabab un peu particulier

A la tête du cinéma allemand de cette période, un homme donc : Joseph Goebbels, le ministre de la Propagande d’Hitler. Son ambition était de créer un nouvel Hollywood. Il nationalise la UFA et lui donne d’importants moyens financiers. Amateur de chair fraîche, Goebbels se comporte aussi comme la plupart des producteurs et cherche à séduire, par la contrainte si besoin, bien des starlettes. Mais cet idéologue nazi et antisémite a aussi un cœur et tombe amoureux de Lída Baarová, une actrice… Tchèque. Il faudra l’intervention d’Hitler pour qu’il mette fin à cette liaison. Les pages que consacrent Isabelle Mity à ce sinistre personnage sont excellentes. On y découvre un Goebbels qui met la pression sur les comédiens (il y a un cas de suicide assez terrible), réécrit les scénarios si besoin pour qu’ils soient plus conformes à l’idéologie nazie, pour des résultats souvent médiocres. Et pourtant c’est ce cinéma-là qui engendra une des meilleures versions du baron de Münchhausen en 1943, avec les très belles Brigitte Horney et Ilse Werner.

Isabelle Mity signe ici un très bon livre.

Sylvain Bonnet

Isabelle Mity, Les actrices du IIIe Reich, Perrin, mai 2022, 358 pages, 22 €


Share

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.