Françoise Sagan Archive

  • « Si tout était à recommencer, je recommencerais bien sûr, en évitant quelques broutilles : les accidents de voiture, les séjours à l’hôpital, les chagrins d’amour. Mais je ne renie...

    Je ne renie rien, Françoise Sagan (Entretiens)

    « Si tout était à recommencer, je recommencerais bien sûr, en évitant quelques broutilles : les accidents de voiture, les séjours à l’hôpital, les chagrins d’amour. Mais je ne renie...

    Continue Reading...

  • L’auteure s’impose ici l’exercice difficile de la relecture d’une douzaine de ses oeuvres, afin d’en produire un commentaire personnel. J’avais déjà constaté, durant ma lecture Des bleus à l’âme, combien...

    Derrière l’épaule, de Françoise Sagan

    L’auteure s’impose ici l’exercice difficile de la relecture d’une douzaine de ses oeuvres, afin d’en produire un commentaire personnel. J’avais déjà constaté, durant ma lecture Des bleus à l’âme, combien...

    Continue Reading...

  • A propos de Toxique, de François Sagan Plus personne ne présente Françoise Sagan, et sa vie privée est aussi célèbre que ses romans. Son premier roman, Bonjour Tristesse, publié en...

    Rien ne va plus, les jeux sont faits

    A propos de Toxique, de François Sagan Plus personne ne présente Françoise Sagan, et sa vie privée est aussi célèbre que ses romans. Son premier roman, Bonjour Tristesse, publié en...

    Continue Reading...

  • Tout commence par : « J'aurais aimé écrire : « Sébastien montait les marches quatre à quatre, en siflant et en soufflant un peu. » Cela m'aurait amusée de reprendre maintenant les personnages d'il y a dix ans (...) ».

    Des bleus à l'âme, Françoise Sagan

    Tout commence par : « J'aurais aimé écrire : « Sébastien montait les marches quatre à quatre, en siflant et en soufflant un peu. » Cela m'aurait amusée de reprendre maintenant les personnages d'il y a dix ans (...) ».

    Continue Reading...

  • C'est en 1954 que Bonjour tristesse est publié pour la première fois chez Julliard. Neuf années seulement séparent la France de la guerre. C'est une France qui se reconstruit encore. Alors, au même moment, une petite Françoise se plaît à peindre nonchalamment de longues heures de détente et d'ennui au bord de la plage, une petite jeunesse solitaire rechignant à travailler, quand ce verbe flambe sur toutes les lèvres.

    Pourquoi relire Bonjour Tristesse de Françoise Sagan ?

    C'est en 1954 que Bonjour tristesse est publié pour la première fois chez Julliard. Neuf années seulement séparent la France de la guerre. C'est une France qui se reconstruit encore. Alors, au même moment, une petite Françoise se plaît à peindre nonchalamment de longues heures de détente et d'ennui au bord de la plage, une petite jeunesse solitaire rechignant à travailler, quand ce verbe flambe sur toutes les lèvres.

    Continue Reading...

  • C'est ainsi, les nuages sont identiques de New-York à Paris. Quels que soient les symboles qu'ils emportent, ce sont toujours les mêmes, et le lieu ne change rien au tout grandissant qui nous entoure.

    Les merveilleux nuages, Françoise Sagan

    C'est ainsi, les nuages sont identiques de New-York à Paris. Quels que soient les symboles qu'ils emportent, ce sont toujours les mêmes, et le lieu ne change rien au tout grandissant qui nous entoure.

    Continue Reading...

  • "Je le savais. (...) Je pensais que ce serait sans conséquence. Voyez-vous, j'espérais...(...) Il faut que vous compreniez bien que je vous aime. Ne pensez pas que je vais me consoler de vous, ni vous oublier, ni vous remplacer. Je n'ai plus l'âge de ces substitutions. (...) Voyez-vous, Lucile, vous me reviendrez : Je vous aime pour vous. Antoine vous aime pour ce que vous êtes ensemble."

    La Chamade, de Françoise Sagan

    "Je le savais. (...) Je pensais que ce serait sans conséquence. Voyez-vous, j'espérais...(...) Il faut que vous compreniez bien que je vous aime. Ne pensez pas que je vais me consoler de vous, ni vous oublier, ni vous remplacer. Je n'ai plus l'âge de ces substitutions. (...) Voyez-vous, Lucile, vous me reviendrez : Je vous aime pour vous. Antoine vous aime pour ce que vous êtes ensemble."

    Continue Reading...


Get Widget