« Cet impossible sauvetage de l’Histoire », à propos de HHhH de Laurent Binet

Laurent Binet

HhhH. Quatre lettres identiques comme un mantra haineux, horrible, hallucinant, honteux. Nous sommes bien loin du « M » prononcé assis en tailleur, l’esprit zen et libéré. Ce titre, aussi mystérieux qu’attirant signifie Himmlers Hirn heißt Heydrich, autrement dit : « le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich ».
De là à croire que l’homme le plus dangereux du Reich est élevé ici, par un littéraire passionné d’histoire, au rang de héros, il n’y a qu’un pas… à ne pas franchir.
Ce que Laurent Binet illustre en pointant ce monstre, c’est sa mort par l’attentat -pourtant raté- perpétré par deux résistants tchèque et slovaque, envoyés en mission spéciale par Londres.

Le lecteur découvre au fil des pages ce que l’auteur a finalement offert à Gabcik et Kubis, les deux acteurs de cette bravoure : grâce à lui, en bons résistants oubliés de la grande Histoire, ils se sont embusqués, infiltrés par la petite porte littéraire, se sont frayé un chemin vers la mémoire. Eux qui ont résisté des heures avec une poignée de leurs confrères, tels des Sysiphe, à une horde de SS.
On pourrait lui reprocher tant de choses : sa complaisance, la paradoxale et éternelle autocritique qu’il s’inflige publiquement, sa jalousie… Mais Laurent Binet, par ce premier roman extrêmement réussi et captivant, se fait le dépositaire de la mémoire des oubliés de la Résistance.
Honneurs à l’Homme qui ne put rendre, par honnêteté, à cette Histoire une fin heureuse.

HhhH, Laurent Binet, Grasset, Janvier 2010, 441 pages, 20,90 Euros

Voir également l’entretien avec Laurent Binet ici.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.