La grand-mère de Jade de Frédérique Deghelt

Voilà bien un roman qui fait l’unanimité de la blogosphère. C’est l’histoire de Jade, et de sa grand-mère Jeanne, quatre-vingt ans, qui parce qu’elle vascille un jour est soudain soupçonnée de ne plus pouvoir assumer sa solitude de vieille dame. Alors sa petite-fille Jade vient à son secours. Ainsi Mamoune échappe au mouroir que lui réservaient ses filles. Ce n’est pas la réponse la plus évidente pour cette jeune femme de trente ans, qui choisit d’emblée de recueillir chez elle la vieillesse, et toute sa sagesse. Pas la plus évidente, non, mais la seule possible, l’unique.
Une étrange cohabitation s’installe alors, où deux générations bien différentes se confondent et se jaugent, doutent et persistent, et finalement s’assaisonnent comme un bon vin avec un plat trop jeune encore, mais dont le goût fusionne volontiers avec des tanins chevronnés, portant sur leurs épaules robustes les saveurs d’épices encore trop délicates.
Chacune apprendra de l’autre : Jeanne de ces surprises que réserve une jeunesse que l’on croyait édulcorée, et Jade… un secret de grand-mère à mille lieues du « savoir-faire ancestral ». Qui croyait donc connaître découvre tout à fait.
Frédérique Deghelt offre au lecteur ce luxe si particulier, si savoureux du double point de vue. De l’intime de Mamoune, qui découvre avec ravissement l’univers coloré et littéraire de sa petite-fille, à Jade que l’on suit comme une souris dans ses amours, son métier, ses doutes rythmés par les senteurs, le coeur du lecteur se balade, et tombe amoureux de tout, car il y a ce quelque chose d’exotique, flirtant à chaque instant avec un réel que l’on connaît mal pour le fuir de l’âme et du corps : celui qui consiste à unir son chemin à celui d’un être vieillissant cruellement, nous rappelant ainsi que tous avons le même futur.
Mais Jade a choisi d’épicer le sien. Ou peut-être… d’épicer cette imagination folle, débordante, et néanmoins salvatrice de romancière qui un jour a fait le mauvais choix, et décidé aussitôt de réinventer le bon.
La grand-mère de Jade fera chavirer le coeur de ses prochains lecteurs  au même titre que celui de ses lecteurs passés, prêts à relire encore et encore cet ouvrage tissé de talent, épicé et incandescent, détenant mille secrets et vérités.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.