Opérer le silence, c’est consentir. Appel à manifester

Ce titre était celui qui figurait sur un ancien site que j’avais dédié autrefois à la lutte contre la pédophilie. Aleteya, du grec Alethéia, ou la vérité. A l’époque, c’est à dire en 1998, peu de sites proposaient clairement une page dédiée à la lutte contre la pédophilie, sur internet ou dans la vraie vie. C’est un combat de chaque instant pour de nombreuses personnes impliquées dans cette cause. Pourtant, toujours à l’époque, il semble que la « pédocriminalité » comme on l’appelle aujourd’hui(1), avait sa place dans les débats de société, dans les discours politiques : sans doute parce que l’affaire Dutroux, entre autres, était très présente à l’esprit des gens. Incarcéré cette même année dans son pays, la Belgique,l’un des plus grands prédateurs d’enfants va marquer alors les esprits pendant plus d’une décennie. L’affaire d’Outreau, au début des années 2000, a également sensibilisé l’opinion publique. Les affaires de pédophilie semblaient attiser l’intérêt des médias, qui relayaient les affaires à la radio, dans la presse, et à la télévision, consacraient des émissions entières à ces événements « honteux », « incompréhensibles ».

L’année dernière, la France a refusé l’asile à Michelle Martin, femme de Marc Dutroux, incarcérée pour complicité. Faute de point de chute, la justice Belge est revenue sur sa décision : Michelle Martin n’a finalement pas été libérée.

Aujourd’hui, à moins de 90 jours des élections présidentielles, on constate un fait alarmant : aucun des politiques en course pour le plus haut poste de l’Etat n’évoque la prévention contre les crimes sexuels. Il faudra sans doute d’autres victimes avant que le débat ne s’oriente à nouveau sur ce sujet grinçant. Et si le précédent quinquennat a ébauché quelques propositions contre la récidive (la répression, toujours la répression), rien n’a été fait en matière de prévention.

Seul point positif de ces dernières années : le plan d’alerte enlèvement mis en place semble fonctionner. Rien en matière de prévention donc, rien non plus concernant l’abolition de la prescription en matière de viol ou d’attouchement, rien de réellement concret concernant la création d’un fichier commun mondial recensant les empruntes et l’ADN des criminels sexuels.

Le sujet reste tabou, et semble être la cause de souffrances poursuivant les victimes le reste de leur vie.

Le 10 mars 2012, venez manifester avec l’association A travers un regard. La manif partira à Place de la Bastille, à 13h30. Le but est d’attirer l’attention des politiques sur le vide sidérant opposé à ce sujet dans leurs campagnes, quels que soient les partis.

Renseignements ici : http://www.lemondeatraversunregard.org/

et ici : http://www.manif-inceste.fr/#!

 

(1) : ce qui est idiot, puisque la pédophilie est en soi un crime, dès lors que le pédophile passe à l’acte (que ce soit physiquement, ou en favorisant la production de videos pédophiles, par sa consommation).

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.