Sorties de la semaine (4 avril 2012)

Plusieurs films ont retenu mon attention cette semaine. On va partir du plus attendu pour aller au plus intéressant si vous le voulez bien. (pas le choix héhé)..

My Week with Marilyn

Réalisé par Simon Curtis, avec Michelle Williams, Eddie Redmayne, Julia Ormond et… Emma Watson.

Genre : Biopic

Au début de l’été 1956, Marilyn Monroe se rend en Angleterre pour la première fois. En pleine lune de miel avec le célèbre dramaturge Arthur Miller, elle est venue tourner LE PRINCE ET LA DANSEUSE, le film qui restera célèbre pour l’avoir réunie à l’écran avec Sir Laurence Olivier, véritable légende du théâtre et du cinéma britanniques, qui en est aussi le metteur en scène.

Ce même été, Colin Clark, 23 ans, met pour la première fois le pied sur un plateau de cinéma. Tout juste diplômé d’Oxford, le jeune homme rêve de devenir cinéaste et a réussi à décrocher un job d’obscur assistant sur le plateau. Quarante ans plus tard, Clark racontera ce qu’il a vécu au fil des six mois de ce tournage mouvementé dans son livre, « The Prince, the Showgirl and Me ». Mais il manque une semaine dans son récit…
Son second livre, « Une semaine avec Marilyn », relate la semaine magique qu’il a passée, seul, avec la plus grande star de cinéma du monde.
Tour à tour drôle et poignant, MY WEEK WITH MARILYN porte un regard intime et rare sur l’icône de Hollywood, en racontant le lien aussi bref que puissant qui s’est noué entre cette femme exceptionnelle et le jeune homme qui a su la comprendre mieux que le reste du monde.

Le film me paraît intéressant. De toute façon, ça ne s’explique pas : de Sagan à Cloclo en passant par La môme ou The Doors, j’adore les Biopics. Go !

Aux yeux de tous

Réalisé par Cédric Jimenez, avec Mélanie Doutey, Olivier Barthelemy, Francis Renaud…

Genre : Thriller

673 000 caméras de surveillance et des millions de webcams en France. Un hacker anonyme a piraté toutes les caméras de Paris et observe la ville à son insu. Petits délits et moments d’intimité volés, il voit tout. Jusqu’au jour où un attentat dévaste la gare d’Austerlitz. La police se met sur la piste d’un groupe satellite d’Al-Qaïda. Le hacker réussit, lui, à trouver les images de l’explosion et découvre que c’est un jeune couple qui a posé la bombe… A l’aide des caméras de la ville, il décide de traquer les coupables. Sans le savoir il va mettre le doigt dans un terrible engrenage.

Il semble que l’angle de ce film soit assez pertinent puisqu’il correspond parfaitement à l’erre du temps. Il est assez culotté aussi, faisant référence d’emblée à l’organisation Anonymous, dans sa bande annonce. On est d’une part dans une ville où un hacker peut tout contrôler, et donc, détourne le système de surveillance mis en place par l’Etat pour protéger à des fins à priori malveillantes. Ensuite, on est à la veille d’une élection présidentielle. Mieux encore : il se trouve que le malfaiteur qui « garde un oeil » sur la ville grâce au craquage des vidéos de surveillance fera un meilleur usage des vidéos que l’Etat lui-même, au moment où un attentat est perpétré à la gare d’Austerlitz. Ca sent le très bon film. :) Ca sent surtout le très audacieux. On aime. A voir si on sera déçus ou pas.

A moi seule

Réalisé par Frédéric Videau, avec Agathe Bonitzer, Reda Kateb, Hélène Fillières.


Gaëlle est soudain libérée par Vincent, son ravisseur, après huit années d’enfermement, où chacun a été « tout » pour l’autre.
Cette liberté gagnée jour après jour contre Vincent, Gaëlle doit à nouveau se l’approprier dehors, face à ses parents et au monde qu’elle découvre.

La bande-annonce montre un film presque entièrement dévoué à la suggestion. On sait déjà qu’on aura pas la clé de cette mystérieuse relation qui unit Gaëlle à Vincent, son ravisseur, mais qu’il s’agit là d’un lien beaucoup plus complexe et subtil qu’on l’imagine. A voir.

Le fils de l’autre

Réalisé par Lorraine Levy, avec Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Jules Sitruk…


Alors qu’il s’apprête à intégrer l’armée israélienne pour effectuer son service militaire, Joseph découvre qu’il n’est pas le fils biologique de ses parents et qu’il a été échangé à la naissance avec Yacine, l’enfant d’une famille palestinienne de Cisjordanie. La vie de ces deux familles est brutalement bouleversée par cette révélation qui les oblige à reconsidérer leurs identités respectives, leurs valeurs et leurs convictions.

J’ai retenu ce film, qui sera sans doute un de mes incontournables de la semaine, parce qu’il évoque un conflit qui nous échappe. Ou au moins, qui échappe à beaucoup d’entre nous. Soit parce que cela ne nous est pas assez proche, soit parce qu’on ne veut prendre partie, soit parce que de toute façon, nous n’avons pas les clés nécessaire à la compréhension de cette guerre. J’ai hâte de voir si le film est vraiment réalisé avec un regard objectif (si je peux en juger..). Hâte de voir comment cette tentative d’explication du « tous égaux » fonctionne dans ce contexte. J’ai aussi l’envie de découvrir un univers qui m’est totalement étranger.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.