ZE LIVE : REVOLVER

Nous sommes le 19 mai à Aulnay-sous-Bois, dans une salle nommée « Le cap », qui existe depuis une dizaine d’années.

Pas de places assises ce soir-là (argh). La salle est petite, le son est gigantesque. Les conditions idéales sont réunies pour un petit concert intimiste acoustique.

Mais quand Revolver arrive et commence à jouer LET’S GET TOGETHER, on sait tout de suite que ça va chauffer. En bref, ça commence très très fort. Ambroise et Chrisophe jouent sur des guitares plus que séduisantes : Fender, Gibson. Les Fender semblent être plus âgées qu’eux. Quant à Jérémie, la voix la plus aigue des trois… il se balance furieusement entre son cavier et ses cordes… magnifique.

C’était un concert fabuleux, et je vais vous dire pourquoi…..

D’abord, le privilège des petites salles : on arrive à faire d’un concert bruyant un concert intimiste. L’espace est réduit, on voit les artistes à moins de 2 mètres (pour les plus chanceux), et on peut ainsi admirer leur jeu, l’émotion sur leurs visages lorsqu’ils chantent. Ca n’a pas de prix.

Le public était conquis, et ça s’est senti : un public conquis est un public réactif. Alors quand un groupe comme Revolver débarque pour chauffer la salle sans retenue, il est évident que l’ambiance est hautement électrique, même si l’on n’est pas très nombreux.

Ils ont interprété évidemment tout leur dernier album, Let go, mais aussi des titres du précédent, tels que Birds in Dm, Bulalalow, It’s Alright…

Les moments for ts du concer t : d’abord l’entrée fracassante avec Let’s get together, mais aussi l’interprétation de Let go, le très chouette Untitled #1, hyper bien maîtrisé en live, super drôle, presque addictif. Mais ce n’est pas tout : il y eut le très interactif Still, où le public a été mis à contribution, (où les filles ont essuyé une petite

déception, n’ayant pas été invitées à danser sur scène, ce qu’elles espéraient, c’est évident) ; le magnifique Cassavetes, l’indispensable Wind song, le très swinguant Get around town, et le délirant Bulalalow, où le public a fini par carrément s’approprier la chanson !

Revolver est un vrai groupe : il est évident, quand on les regarde et les écoute, que ces trois-là aiment jouer ensemble. On se dit qu’on aimerait bien aussi les voir dans les moments où ils composent ensemble. Ce doit être exceptionnel.

Je disais plus haut qu’une petite salle peut à la fois faire beaucoup de bruit et être un lieu magnifique pour un moment intimiste. Après le rappel, il y eut des cris, des appels encore. Le groupe est revenu, et contre toute attente, est descendu dans la fosse, au milieu du public, Ambroise seulement muni d’une guitare folk.

Pour notre plus grand plaisir à tous, ils ont interprété pratiquement dans le noir la chanson Only love can break your heart de Neil Young. Un moment totalement magique, filmé pour vous par mes soins. Ils étaient à la Cigale le 30 mai. Ils étaient hier soir au 114… et ils seront sur la place de l’Hôtel de Ville de Paris pour un concert gratuit le 10 juillet 2012 dans le cadre du festival Soirs d’été !!

Petit bonus, la vidéo de Only love can break your heart de Neil Young, par Revolver, en acoustique très intime..

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.