Prophecy, Tetsuya Tsutsui

Après Manhole, qui parlait de bioterrorisme, Duds Hunt une sorte de Fight club version web et Reset dont l’univers était le jeu vidéo, Tetsuya Tsutsui revient avec un nouveau seinen qui cette fois traite des réseaux sociaux, et d’une nouvelle sorte de révolution prenant son point de départ sur youtube… c’est du moins ce que l’on croit.

Le héros de ce manga à la couverture très séduisante est nommé « Paperboy ». Nulle doute que ce personnage deviendra une icône. Mais plus qu’un personnage, Paperboy est avant tout un symbole,comme tous les « vengeurs masqués », dont le visage est recouvert d’un papier journal fraîchement acheté le jour même, histoire de prouver que ses forfaits sont commis en live, même s’ils sont sans doute bien préparés à l’avance.

Qui est donc ce Paperboy apparaissant un jour dans une vidéo Youtube visionnée plusieurs milliers de fois en moins de deux heures, et retirée tout de suite après ? Visiblement, c’est d’abord un surdoué de l’informatique et des réseaux sociaux. Il maîtrise tout de sa petite manœuvre : ne laissant aucune trace, publiant sous de faux comptes, déployant l’information à une vitesse astronomique, il sait faire passer un message percutant, inquiétant les uns et fanatisant les autres. Pas étonnant, puisqu’il annonce chaque fois un crime sur le point d’être commis, allant jusqu’à faire un appel à témoins :

« Si vous avez été humilié un jour par votre boss, écrivez-moi, laissez-moi un message,
je me chargerai de lui ».

C’est en substance la proposition indécente diffusée par Paperboy sur tout le web depuis une mystérieuse cabine qu’on imagine située dans la banlieue de Tokyo. Mais il va très très vite trop loin, et c’est ce qui fait de lui un délinquant, traqué désormais par la plus douée des agents du service de cybercriminalité.

Ce manga signé Tetsuya Tsutsui joue bien entendu d’un énorme système qui monte, en se l’appropriant puisqu’il le connaît visiblement sur le bout des doigts. Prophecy est un manga qui plaira sans aucun doute à tous les geeks. C’est un excellent polar où l’on découvre que la révolution ne prend pas uniquement ses sources dans un système capitaliste. Elle peut démarrer à cause d’une faute qui va au-delà, une faute purement humaine, et utiliser le système d’information et de communication pour pulvériser les règles de la société. Tout y est, et c’est annoncé clairement : Tweetez, commentez, par tagez… assassinez. Ne laissez pas de traces, souvenez-vous, méfiez-vous, et gardez en tête qu’un rien peut tout détruire.

Comment va faire la brigade anti-cybercriminalité pour tracker ce délinquant d’un nouveau jour puisqu’il ne laisse aucune trace ? Pourquoi agit-il de la sorte ? Est-il réellement seul ? Il semble agir plus vite que quiconque… et sa personnalité reste un mystère. Tsutsui était présent au Japan Expo 2012 qui a eu lieu début juin, et le stand des éditions Ki-oon était tout spécialement brandé pour le manga dont la sortie était quasi-simultanée à l’événement : les vendeurs du stand arboraient un t-shirt identique à celui de Paperboy, et ont pu ainsi faire des milliers de jaloux (moi comprise). La statue de Paperboy a été prise en photo et a attisé la curiosité de tous les visiteurs, tout comme les sacs gigantesques offerts pour l’occasion à tous ceux qui achetaient 3 mangas sur le stand. Une gigantesque opération marketing qui s’étendait jusque dans le métro (cf : photo copyright Manga-news.com).

Le mangaka semble utiliser en tout cas très intelligemment tous les outils technologiques mis à notre disposition depuis quelques années pour enrichir ses histoires, qui restent pour le coup dans une actualité très en adéquation avec le réel. Le tout a pour effet de rapprocher ses intrigues de cette nouvelle façon que nous avons de fonctionner. On pourrait se demander s’il va continuer longtemps à épier les nouveaux systèmes de communication et systématiquement s’en servir dans ses intrigues, et surtout pourquoi il a choisi ce créneau : peut-être pour pointer de la souris ou du crayon les petites perversions que nous ne voyons pas encore, trop omnubilés par le côté pratique de ces outils. Une autre question se pose également : est-il vraiment criminel de vouloir pourrir la vie des pervers ? Les internautes ne semblent pas penser la chose de cette manière… surtout lorsqu’on voit le nombre de «likes» sous les vidéos de Paperboy.

Le tome 2 sortira en décembre 2012. On l’attend avec impatience. Mais nul doute que les éditions Ki- oon nous rappelleront sa sortie avec un tweet bien senti.

Prophecy,Tetsuya Tsutsui, Ki-oon, juin 2012.

 


Prophecy : la bande-annonce ! par Ki-oon

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.