Je suis un arbre, de Carole Zalberg

Carole Zalberg fait partie de ces auteurs qui ne délaissent aucun lecteur : on la connaît pour sa magnifique Trilogie des Tombeaux (La mère horizontale, Et qu’on m’emporte, A défaut d’Amérique), entre autres romans, mais aussi pour ses nouvelles (L’invention du désir, L’illégitime) et quelques romans jeunesse (J’aime pas dire bonjour, Le jour où Lania est partie). Je suis un arbre fait partie de cette dernière catégorie. A un détail près.
Je suis un arbre est donc un roman jeunesse dans lequel Fleur, déjà vue dans la Trilogie des Tombeaux, raconte une petite partie de sa vie avec sa mère horizontale, donc, une mère qui ne sait pas se tenir droite, debout, comme devrait pouvoir le faire une mère.

«J’ai l’habitude, avec Maman, d’être raisonnable»

Ainsi Fleur l’enfant prend soin de l’adulte et l’assume, car elle n’a pas le choix. Elle avance malgré l’incapacité de sa mère à la protéger, et les rôles s’inversent. A sa manière, son amie Louna est un peu pareille. Son père se brise au fil du temps de n’avoir pas su garder son épouse,  s’enferme dans un chagrin qui l’éloigne peu à peu de sa fille. Ce pourrait être un livre triste. Ce pourrait être accablant. Pourtant, Carole Zalberg en fait un récit tendre et plein d’espoir qui émeut par de petites beautés semées ici et là. D’une dure réalité, elle extrait un moment doux presque palpable, un moment de bonheur sensible.
On ne sait s’il s’agit là du plus épatant de l’entreprise littéraire entamée par Carole Zalberg, où si celle-ci réside dans ce petit miracle : lorsqu’on a lu la Trilogie des Tombeaux, que l’on est conscient des destins qui s’y croisent et s’y achèvent, on ne peut qu’admirer le moment de grâce auquel l’auteur nous convie, aux côtés de Fleur baignant dans un bonheur qu’elle pressent comme éphémère, et donc plus intense encore.
Ou comment faire d’un instant presque banal une éternité magnifique à laquelle on peut se raccrocher.
Pour les plus jeunes, c’est un pont d’or vers la littérature. Pour les adultes, une brèche vers l’innocente candeur des moments perdus. Troublant et singulier.
Je suis un arbre, Carole Zalberg, Actes Sud Junior, Janvier 2012, 88 pages, 8€.

Pour visiter le site de l’auteur, c’est ici : http://carolezalberg.com/

Retrouver tous les articles qui lui sont consacrés sur le site :

http://www.pariscilaculture.fr/category/litterature/litterature-francophone/carole-zalberg/

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.