Volpone, de Ben Jonson par Nicolas Briançon au Théâtre de la Madeleine

Photo Bernard Richebé

Volpone est un vieil homme riche, sans descendant direct. Rentier, oisif, il s’amuse des rapaces venus se faire bien voir pour être son héritier. Affublé de Mosca, son majordome, qui agit tel le Monsieur Loyal de ce grand cirque de vautours, il se joue des envieux. Un texte de 1606 qui n’a pas pris une ride.
Dans la Venise du XVIIe siècle, vieillard, catin, avocat, jeune marchand se succèdent au chevet du soi-disant mourant. De plus en plus cruels les uns envers les autres, ils jouent la comédie des faux-semblants et de la tromperie ordinaire. On jubile autant que Volpone devant tant de bassesses.
Pour interpréter Volpone, Nicolas Briançon s’est offert les services de l’immense acteur Roland Bertin qui donne à voir un Volpone aussi malicieux que retord. Nicolas Briançon incarne, quant à lui, un Mosca très convaincant, ils sont tous deux entourés d’une troupe de comédiens enthousiastes et complices.
Comme c’est la mode depuis quelques temps dans les mises en scène, les acteurs investissent tout le théâtre, ils sortent de scène et s’immiscent dans les loges, l’orchestre. Ce sont eux aussi qui font bouger les décors. Aidés de trois hommes-oiseaux, sorte de bouffons de Volpone, ils offrent quelques interludes entre chaque acte, tour à tour burlesque, graphique, digne d’une commedia dell’arte…
Volpone et Mosca, manipulateurs à la petite semaine, flouent les envieux. Mais qui, à ce jeu-là, sera le plus malin et sortira sa dernière carte de sa manche ? Qui s’en sortira avec, sinon les honneurs, du moins l’opulence ?

Volpone – Une pièce de Ben Jonson mise en scène par Nicolas Briançon
Au théâtre de la Madeleine jusqu’au 20 janvier 2013
Du mardi au samedi à 20h30. Les samedis-dimanches à 17h.
Adaptation : Nicolas Briançon et Pierre-Alain Leleu
Avec Roland Bertin, Nicolas Briançon, Anne Charrier, Philippe Laudenbach,  Grégoire Bonnet,  Pascal Elso, Barbara Probst, Matthias Van Khache et Yves Gasc – Décors : Pierre-Yves Leprince – Lumières : Gaëlle de Malglaive – Costumes : Michel Dussarat.

Articles relatifs :

About Diane Maretheu

Si elle n’avait pas commencé par être libraire, Diane aurait volontiers été hôtesse de l’air, chef pâtissier ou dixneuviemiste. Biberonnée à Brassens autant qu’à Led Zep, cet éclectisme se retrouve dans ses goûts littéraires notamment, de Siri Husdvedt à Laurent Mauvignier (son héros). Son amour pour Paris et le plaisir qu’elle prend à se perdre dans ses rues est sans limite. Elle a bien tenté de brûler les planches, sans grand succès, et n’aime désormais rien de plus que s’asseoir dans le noir et regarder des acteurs lui raconter une histoire, une heure ou deux, ou plus.