Chercher Proust, de Michael Uras

En ce moment, les biographies et divers ouvrages autour de Marcel Proust fleurissent, et pour cause : nous sommes en 2013, et nous nous devons bien sûr de fêter le 100e anniversaire de la Recherche du temps perdu. Qu’aprenons-nous de Proust et de son écriture dans ces ouvrages ? A vrai dire, en nous penchant un peu dedans, nous y découvrons à peu de choses près ce que nous avons déjà lu ailleurs.

Chercher Proust de Michael Uras est ce qu’on appellerait volontiers un roman personnel sur la relation du narrateur avec son auteur : Proust bien sûr. Qui d’autre ? Si vous trouvez ici quelques anecdotes sur la vie de l’auteur, c’est qu’elles se fondent dans la vie du narrateur qui n’a pas d’autre passion que la Recherche. C’est Elle, et Proust, et elle encore et Proust sur le mur qui dégomme un foodballeur, accroché sur le mur d’en face, dans une chambre d’ado que ses parents ne comprennent pas, se désolant de le voir tant admirer un moustachu qu’on décrit comme homosexuel. Diantre !

Mais qui est Jacques Bartel qui ne construit sa vie et ses relations que par le prisme d’un auteur mort et difficilement lu ? Quel est donc l’avenir d’un homme qui ne peut s’empêcher de parler du petit Marcel au moment de conclure avec sa dulcinée ? Il va écrire un livre, il l’écrit, il y travaille, et cela suffit à rassurer Maman qui s’inquiète de ce garçon qui ne vit que dans les livres et pour les livres. Au moins, s’il devient écrivain lui-même, ce sera «quelque chose». Mais qui donc pourrait bien lire le récit intellectuel et analytique d’un spécialiste de Proust qui ne connaît que Proust ? Et si, au fond, tout l’enjeu d’une vie était de se libérer de son obsession, coûte que coûte ?

Chercher Proust c’est l’histoire d’un homme dont la passion le met en marge, ce dont il a une conscience absolue, ou assez aiguë pour s’en désoler et s’interroger. C’est un adolescent sensible et brillant qui parcourt un lent chemin vers l’émancipation. L’objet de sa passion est à la fois sa béquille et son handicap et il fallait également bien du courage à l’auteur, Michael Uras, pour se lancer dans la confidence de ce beau personnage de l’homme qui grandit en littérature, la maîtresse la plus susceptible de nous éloigner du monde. Son livre est une perle fraîche dans la jungle des redites, un très tendre moment de lecture qui nous réconcilie avec une narration à la première personne pleine d’auto-dérision et d’intelligence. Probablement une des meilleures façons de trouver Proust.

Chercher Proust, Michael Uras, LC éditions, Février 2012, 212 pages, 16 €

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.