Les stagiaires, de Shawn Levy

Attention crises de rire en perspective chez les geeks : Billy et Nick, deux quarantenaires dont les carrières ont été pulvérisées par Internet, repartent à zéro en obtenant un stage chez Google, qui peut-être, débouchera sur un job. En compétition avec des petits génies de l’informatique tout droit sortis de l’école, ils vont devoir prouver qu’ils ne sont pas des dinosaures…

Autant dire que le film est bien parti pour faire le buzz : en choisissant Google comme théâtre de leur reconversion au monde moderne, les deux acolytes et leur réalisateur se sont assuré une belle place dans le box office. Google est le site le plus visité en France aux dernières nouvelles publiées par Médiamétrie, pour avril 2013, devançant Facebook de deux places. C’est aussi l’entreprise où il fait bon vivre par excellence, qui offre un cadre de rêve à ses employés. Une question me taraudait en voyant la bande-annonce : le film a-t-il réellement été tourné à Silicon Valley ? Et bien en partie, oui ! Certaines scènes ont en effet été tournées chez Googleplex et c’est un peu une première mondiale : certaines images des locaux peuvent filtrer sur internet, mais des films… c’est plus rare !

Ne vous attendez cependant pas à tomber sur des scènes tournées au coeur du moteur de recherche, là où est stocké l’énorme serveur : impossible. On espère de tout coeur que le film tiendra ses promesses, car on sait que les geeks sont plutôt sévères. On verra lors de sa sortie si quelques phrases deviennent rapidement culte… ou pas. Raconter les déboires d’une paire de dinosaures passant du monde commercial (à l’ancienne) à celui de la création online à la pointe des nouvelles technologies, c’est une chose : encore faut-il être à la hauteur des exigences de ce monde, et innover vraiment. Faisons confiance à Shawn Levy pour cela : il a entre les mains un sujet béton !

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.