Orignal, Max de Radiguès

 Orignal, de Max de radiguès c’est l’histoire de Joe. C’est un enfant comme les autres mais qui est persécuté par Jason. Tous les jours il trouve un prétexte pour aller à l’école à pied à travers les bois, en prenant bien soin d’éviter le bus scolaire. La raison est que jasa ne s’y trouve et le persécutent tous les jours : stylos, argents, devoirs, tout est bon à raqueter. Mais l’humiliation ne s’arrête pas là : sans raison particulière Jason trouve de plus en plus de bonnes idées pour torturer son camarade de classe. Ainsi Joe finit-il par se retrouver une fois d plus à l’infirmerie où les questions des adultes affluent sans discontinuer.

Car dans ce court roman graphique, les adultes voient, pressentent, et tentent de tendre une main secourable au héros du livre. Celui-ci s.en-tétant à rester loyal envers son bourreau pour ne pas s’attirer davantage ses foudres, reste lamentablement dans sa détresse d’enfant incompris et mis à l’écart.

Un jour, il fait la rencontre d’un Orignal. Celui-ci se cache dans la forêt, à l’abris des humains, et Joe est le seul à le voir. Il jouera un rôle déterminant dans l’histoire du gamin, ne se contentant pas d’être une apparition mystérieuse et mystique. La vie de Joe basculera alors de manière radicale, mais c’est à vous d’aller découvrir comment….

L’histoire racontée par l’auteur est de son aveu a l’opposé de ce qu’il a pu vivre durant sa scolarité. Malheureusement, nombreux sont les enfants et les adolescents vivant la terrible expérience du bizutage perpétuel et violent des autres gamins de leur école.

Orignal à ceci de particulier qu’il ne comporte ni leçon de morale ni de happe end. C’est une histoire cruelle comme l’enfance l’est très souvent, qui ne laisse place à aucune logique si ce n’est celle d’une liberté gagnée très durement. La fin est aussi succulente qu’un bonbon Creepshowsien. Comprendront ceux qui apprécient forcément. Les autres, vous vous régalerez tout autant de cette honnêteté cinglante et cinglée.

Orignal, Max de Radiguès, Shampooing, mai 2013, 152 page, 13,95 euros.

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.