Rimbaud l’indésirable, de Xavier Coste

Qui ne connaît pas l’histoire d’Arthur Rimbaud ? Cet enfant originaire de Charleville a eu un destin si particulier :  il part à l’âge de 16 ans conquérir le tout Paris littéraire avec ses poèmes, rencontre Paul Verlaine qui le soutient, lui présente son cercle de poètes. Ils ont une aventure. Verlaine quitte son épouse. Il partent ensuite à Bruxelles, vivent de petits rien, dans une débauche plutôt audacieuse pour l’époque (nous sommes au XIXème siècle), et ils se séparent tragiquement après que Verlaine a tiré un coup de revolver sur Rimbaud, le menant à la prison.

Rimbaud l’indésirable, le fougueux, l’insaisissable aussi poursuit sa route seul et part en Afrique où l’on finit par perdre sa trace. Loin de la littérature, l’homme aux semelles de vent n’a de cesse d’arpenter le désert et paraît-il, trafiquerait des armes. Quelques années plus tard, en 1891, sa vie s’achève à Marseille où l’on doit l’amputer d’une jambe à cause de la gangrène.
Tout le monde connaît cette histoire et à vrai dire, elle est si tragique, si évidente malgré les doutes qui subsistent encore sur certains points – le trafic d’armes notamment, elle a été si exploitée aussi que l’entreprise d’une énième narration paraissait d’emblée inutile. On dit de Xavier Coste qu’il tire ici le portrait inattendu de Rimbaud. C’est oublier que l’ouvrage avait déjà été entrepris en 1997 par Agnieszka Holland, dans son magnifique film «Eclipse totale – Rimbaud Verlaine», avec Leonardo DiCaprio dans le rôle de Rimbaud, David Thewlis, et Romane Bohringer.


Ce qu’il faudrait plutôt faire remarquer, c’est que l’ouvrage de Xavier Coste est d’abord une réussite graphique, ce qui lui confère définitivement le statut d’illustrateur talentueux puisqu’il s’agit de sa deuxième bande dessinée biographique, après Egon Schiele, Vivre et mourir. Il convient de souligner ensuite l’intérêt particulier du Monsieur pour les caractères plutôt compliqués et controversés. S’attaquer à Schiele et Rimbaud pour en tirer des portraits sans concession avec autant d’audace, c’est plutôt remarquable. Ensuite, il faut reconnaître que Xavier Coste n’a pas son pareil pour ancrer ses personnages dans les décors : outre le fait d’être un excellent portraitiste, il use des couleurs pour asseoir ses ambiances si solidement qu’on est transporté au fil de l’histoire comme un passager enchanté.

Rimbaud L’indésirable, Xavier Coste, Casterman, 120 pages, 22,50 €

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.