Martin de la Brochette, de Thierry des Ouches

Thierry des Ouches est connu habituellement pour ses travaux photographiques. Il publie ici chez Daphné et Chloé, une toute jeune mais déjà très exigeante et appétissante maison d’édition, son premier roman intitulé Martin de la Brochette.

Martin de la Brochette est issu d’une famille plutôt bourgeoise, où les honneurs vont à ceux qui sont beaux et diplômés des grandes écoles intellectuelles de ce monde. Hors, il est gros et désire plus que tout au monde… être boucher.

Voici un parti-pris différent de celui de Joy Sorman. Thierry des Ouches n’avait sans doute pas pour première intention de faire un roman documenté sur l’industrie de la viande. Ce qui l’intéresse ici est sans nulle doute de dresser le portrait d’un personnage atypique dans la littérature d’aujourd’hui, mais simplement ordinaire dans notre société.

Ainsi raconte-t-il l’évolution de ce gros adolescent qui passe par l’aveu honteux de sa vocation, par l’acquisition du savoir nécessaire à son rêve et s’étirant peu à peu vers la rencontre d’une femme qui deviendra la sienne et la mère de son enfant. La femme en question se trouvant être charcutière, tout cela finira dans une boutique à la campagne.

Ce qui aurait pu se transformer en drame bourgeois (entendons par là le drame d’une mère) devient une comédie charmante sur fond de querelles fraternelles transformées subitement en douces complicités. Le changement viendra du petit dernier qui non content de trahir les traditions de sa famille remportera les suffrages de ses frères et sonnera malgré lui le glas d’une domination maternelle.

On l’a dit, on connaissait davantage Thierry des Ouches pour ses travaux de photo et il est incontestable que de sous sa plume très agréable s’échappent parfois quelques images qui font tantôt sourire tantôt rêver.

L’histoire nous apprendra également qu’il est inutile de rêver pour ses enfants, que les valeurs choisies ne se transmettent pas forcément d’une génération à l’autre, et qu’il est certaines natures qui peuvent ressortir de manière inopinée !

Il s’agit d’un premier roman qui donne bel et bien envie de le voir récidiver.

Martin de la Brochette, Thierry des Ouches, chez Daphné et Chloé editions.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.