Le silence de Lounès, Baru / Pierre Place

C’est l’histoire de deux enfants issus de deux immigrations différentes : l’un est fils de kabyle, l’autre est fils d’italien. Le premier est accueilli par la famille de l’autre comme un fils dans ce quartier de Saint-Nazaire où il semble que le seul travail disponible soit celui d’ouvrier de chantier sur le port. La génération des immigrés italiens vient donc en aide à cette nouvelle génération d’immigrés venus d’ailleurs, qui subit différemment les réticences d’un pays à accueillir les étrangers et leur famille. Les discriminations, si elles sont inégales, n’en sont pas moins un miroir l’une de l’autre. C’est ce qui rapprochera la famille nouvellement arrivée de Nouredine avec celle de Gianni. Ensemble, ils vont grandir, connaître un parcours parallèle mais parfois différent en raison de leurs origines. Viendra ensuite le jour où leurs chemins se sépareront dans un éclat tragique, inéluctable et par-dessus tout incompréhensible…

 Le silence de Lounès explore plusieurs aspects de deux générations d’immigrés. Celle du primo-arrivant et de sa lutte pour l’acquisition de droits fondamentaux, et la suivante, qui ne comprend pas toujours le combat de la première, ni surtout sa façon de lutter : elle ignore même parfois l’existence d’une telle lutte et c’est tout ce qui fait la saveur amère de cet ouvrage. Chaque génération réagissant selon ses moyens et son propre parcours, la filiation n’apparaît pas toujours cohérente de l’une à l’autre. L’histoire racontée par Hervé Barulea, dit Baru et mise en lumière par Pierre Place (révélé en 2009 par Warum avec Au Rallye) est une triple tragédie : celle de la persécution par le racisme, celle d’une amitié brisée par le passé, celle d’un homme anéanti par le doute.

Tragique… et limpide.

 Le silence de Lounès, Baru / Pierre Place, novembre 2013, 136 pages, Casterman, 18€

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.