Les gardiens de la galaxie, James Gunn

En attendant Star Wars ?

Cinq hors-la-loi allient leur efforts afin de contrer celui capable d’anéantir la galaxie…
A lire le synopsis, il est légitime de s’inquiéter sur la maigre profondeur de l’idée de départ. Encore un énième film de destruction de l’univers et une vision caricaturale de l’adversité, saupoudré de bons sentiments comme il se doit. Derrière cela, Disney studios présente de prime abord un produit ultra formaté pour l’été. Pour couronner le tout, la production présente cela comme la nouvelle franchise issue de l’univers Marvel. Bref…


Pourtant à la vision du film, les doutes et réticences s’effacent progressivement tant James Gunn parvient à happer le spectateur non pas devant un chef d’œuvre mais bel et bien un film pop-corn saupoudré d’une intelligence bienvenue et d’un script dévastateur.
Rapide présentation de l’œuvre originale : les gardiens de la galaxie sont à la base des héros des années soixante-dix de l’écurie Marvel très vite tombés dans l’oubli. Cependant, voici moins de dix ans, le scénariste britannique Dan Abnett insuffla une seconde jeunesse au titre en introduisant la plupart des personnages présents dans le film. Au final, en présentant cinq parias aux tendances psychotiques comme le dernier rempart contre les périples galactiques, Abnett réussit à relancer la saga de fort belle manière.


Si adapter leurs aventures sur grand écran relevait d’une gageure peu enviable, James Gunn remporte le pari d’une manière remarquable. Déjà très en vue avec un film introspectif sur l’univers des comics (le trop méconnu Super), James Gunn donne vie à ces cinq perdants avec brio. Car contrairement aux autres franchises Marvel déjà portées à l’écran, ce sont bien cinq criminels sans avenir qui hissent le scénario. Si leur repenti colle un peu trop à l’image voulue par le studio, en revanche l’histoire douloureuse de chacun, sans bouleverser le public par un jeu hors pair, a le mérite d’être efficace. En outre le cynisme du cinéaste fait souvent mouche à plusieurs reprises grâce à des punchlines assassines fort bien écrites.
En outre, on assiste beaucoup plus à un film de space opera à l’ancienne tant on est baladé aux quatre coins de la galaxie, et le film de super héros reprend ses droits seulement durant les vingt dernières minutes lors d’un climax qui remplit les charges tout en misant sur la verve du réalisateur.
Jamais prétentieux, James Gunn accouche d’une copie aussi propre qu’efficace, un brin formatée, mais peut être aussi du meilleur film de space opera de ces dix dernières années. Anti-film par excellence, on tient là peut être le meilleur film made in Marvel depuis Avengers.

Film américain de James Gunn avec Chris Pratt, Zoé Saldana, Dave Bautista. Durée 2h02. Sortie le 13 août 2014

About François Verstraete

François VERSTRAETE, cinéphile et grand amateur de pop culture