Harmonie Harmonie, de Vincent Jolit

Vienne 1900. Tout le monde est là : Freud, Mahler, Schnitzler, Loos, Schiele. Et Arnold. Arnold est compositeur. De sa musique complexe et avant-gardiste, personne ne veut. Les spectateurs sifflent, les insultes fusent, les portes claquent. Mais, avec l’aide de ses disciples, Anton et Alban, Arnold insiste, persévère.

Second roman de Vincent Jolit, Harmonie Harmonie est en fait un récit débuté avant Clichy, premier roman qui l’a fait connaître aux éditions de la Martinière. Décidément, le genre de la biographie romancée sied parfaitement à ce jeune écrivain aux passions éclectiques. S’appuyant sur des personnages bien connus du monde culturel du XXème siècle, il dresse un portrait étoffé d’une époque en mouvement.



Ses personnages ne sont pas choisis par hasard : tantôt la dactylographe oubliée du Voyage au bout de la nuit de Céline, tantôt un musicien impétueux, soucieux d’une liberté musicale qui deviendra la dodécacophonie. On parle ici bien sûr de Schoenberg, et de ses deux disciples Berg et Webern, mais les trois patronymes des compositeurs sont à dessein effacés du récit, pour laisser place sans doute à la fiction, d’une part, et à l’épanouissement d’une intrigue ancrée dans l’Histoire mais détachée du musicien puisque ce qui compte, ce n’est pas lui, mais le mouvement de sa vie et ses vaines tentatives d’accès à la gloire et la reconnaissance. Lui-même peu reconnaissant, ce qui est souligné avec humour par Vincent Jolit, Arnold essuie au fil de ses essais musicaux le mécontentement d’un public qui n’est pas à l’écoute d’une harmonie peu habituelle, trop originale dans une Europe qui se découvre réfractaire à la nouveauté, et bientôt plus franchement conservatrice.
C’est sous ce prétexte alléchant que l’auteur nous emmène de Vienne aux Etats-Unis en dévoilant sans y toucher un contexte politique menaçant, ressenti de l’intérieur par un musicien qui se cherche et se sait juif dans une Europe de plus en plus nazie.

Ne nous risquons pas à dévoiler trop de ce roman admirable, qui confirme une plume précise et chaleureuse, tant elle donne du plaisir à se laisser emporter dans des domaines qui auraient pu échapper à notre intérêt, et qui évite avec talent l’écueil de la pâle copie des classiques, et celui, encore plus redouté, du roman banal. Harmonie Harmonie est une bio-fiction aussi riche et documentée, qu’elle est accessible, grâce à son style. Une confirmation.

Harmonie Harmonie, Vincent Jolit, Editions de la Martinière,  Août 2014.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.