La bataille du Cotentin

De l’impact éditorial des commémorations

 Le soixante-dixième anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale a amené nombre d’historiens spécialistes de la période à publier un ouvrage sur la question. C’est le cas ici de Christophe Prime, responsable des collections au Mémorial de Caen, déjà auteur de Omaha beach 6 juin 1944 et des Commandos SAS dans la seconde guerre mondiale. L’ouvrage propose de revenir sur les combats qui eurent lieu dans le Cotentin jusqu’à la fin juillet 1944. Et le moins qu’on puisse dire est que ce ne fut pas une partie de plaisir pour les soldats alliés !

 La guerre des haies

 Hitler, joueur de poker aux intuitions tactiques intéressantes, a décidé de mettre le paquet pour empêcher que le débarquement réussisse. Il a par conséquent transporté à l’Ouest de bonnes unités, dont la 2e division Panzer Das reich, et a donné l’ordre de ne reculer à aucun prix. Les soldats allemands sont donc condamnés au combat et à se faire hacher sur place. Dans leur résistance, ils sont cependant aidés par les particularités du bocage normand qui gêne considérablement les progrès des alliés dont les soldats connaissent le baptême du feu. La bataille du Cotentin est aussi l’occasion pour les américains d’aguerrir leurs troupes, au prix de lourdes pertes. Le succès de l’opération Cobra et le sens de l’offensive de Patton (ainsi que la supériorité numérique et matérielle) permet le succès final.

 

Sans l’est, pas de victoire à l’Ouest !

 Christophe Prime nous livre un ouvrage solide et très bien documenté et réussit à nous faire revivre  ce que fut l’enfer du bocage normand pour les soldats alliés. L’effondrement allemand à l’Ouest à partir du début août 1944 fut cependant grandement facilité par l’opération « Bagration », qui amena l’armée rouge aux portes de Varsovie. La pression simultanée sur les deux fronts faillit mener le IIIième Reich à la défaite totale en 1944 : c’est Walter Model qui rétablit la situation de la Wehrmacht sur des positions plus « défendables ». On peut aussi estimer que l’attentat qui faillit coûter la vie à Hitler fut le fait d’élites militaires conscientes que le pays courrait militairement à sa perte.

 Au final, La bataille du Cotentin est recommandé à tous les amateurs d’histoire de la seconde guerre mondiale.

 Sylvain Bonnet

Christophe Prime, La bataille du Cotentin, Tallandier, ISBN 979-10-210-0417-7, mai 2015, 304 pages, 20,90 €

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.