Staline contre Trotski, les frères ennemis

 

 

Un vulgarisateur de talent

Alain Frerejean est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, parmi lesquels Les Maîtres de Forges, La Grande Aventure des Chemins de fer, Les Peugeot, deux siècles d’aventure et Renault, le Culte du Défi. Il est également l’auteur remarqué de C’était Georges Pompidou (Fayard 2007, rééditée en 2014 chez Tallandier en collection texto), biographie du successeur du général de Gaulle. Alain Frerejean, ancien du secteur de l’entreprise et véritable passionné d’histoire, appartient à l’espèce des vulgarisateurs, essentiels à la pérennité de la discipline. Ses ouvrages révèlent un grand sens de la pédagogie et se lisent très facilement tout en restant rigoureux. Il a déjà livré deux portraits croisés :  Churchill/Staline et Staline/Tito. Il s’attaque ici à Staline et Trotski, ou comment les héritiers de Staline se sont disputés son héritage…

 

Naissance d’une rivalité

 

Alain Frerejean montre avec brio comment Staline et Trotski sont devenus deux apparatchiks bolcheviques. D’un côté Lev Davidevitch Bronstein dit Trotski, l’intellectuel brillant, d’origine juive, très tôt engagé en politique et qui n’hésite pas à s’opposer à Lénine dans les années 1900. De l’autre, Joseph Djougachvili dit Staline, géorgien, né dans une famille pauvre et envoyé au séminaire (la chance de sa vie), bientôt gangster (il dévalise des banques) et qui met ses pas dans ceux du grand Lénine. Trotski s’affirme comme un des acteurs majeurs de la Révolution d’Octobre, grâce à ses talents d’orateur et d’organisateur (il créée l’armée rouge) tandis que Staline reste dans l’ombre.

 

L’affrontement

 

Alain Frerejean, comme tout bon producteur hollywoodien, sait ménager ses effets : le choc entre les deux ambitions vient dans les années 20. Trotski a longtemps ignoré Staline tellement il est persuadé de sa supériorité intellectuelle. Il néglige du couple génie politique du géorgien: nommé secrétaire général du parti, il sélectionne et encourage de jeunes adhérents, ses créatures, afin de créer ses réseaux. Il n’hésite pas à s’allier à Zinoviev et Kamenev, jaloux de la réputation de Trotski. Il se réserve l’accès à Lénine malade, même si celui-ci fait rédiger un testament très critique à son égard. En fait, Trotski, formidable en temps de crise, ne sait pas manœuvrer par temps calme et Staline triomphe de lui en 1927, avant de l’expulser vers la Turquie en 1929. Staline poursuivra son rival de sa vindicte et finira par le faire assassiner en 1940. De cet affrontement entre deux léninistes est sorti l’URSS. Recommandé à tous ceux qui désirent s’informer sur ce qui fut un des deux plus grands univers totalitaires du vingtième siècle.

 

Sylvain Bonnet

 

Alain Frerejean, Staline contre Trotski, Perrin, ISBN 9782262065270, mai 2016, 330 pages, 22€

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.