Clausewitz, le penseur de la guerre

Un spécialiste d’histoire militaire

Bruno Colson s’est particulièrement illustré dans l’analyse stratégique, proposant par exemple un tableau complet de la bataille de Leipzig (Perrin, 2013) qui a reçu le prix du Premier Empire de la Fondation Napoléon. La réflexion militaire autour de la période napoléonienne balance entre Jomini, officier qui fut au service de l’Empereur, et Clausewitz, le fameux penseur prussien dont le de la guerre inspira jusqu’à Raymond Aron. Bruno Colson consacra une de ses premières publications à l’influence de Jomini sur la culture stratégique américaine, le voici maintenant au chevet du prussien dont il livre une biographie très complète.

 

Un itinéraire prodigieux

Qui fut Clausewitz au juste ? Bruno Colson nous donne un aperçu d’un personnage secret, parfois tourmenté, issu d’une famille dont la noblesse était sujette à caution. Très tôt destiné au métier des armes, à l’instar de ses frères, Carl Von Clausewitz est aux premières loges lorsque la Révolution éclate, jusqu’à ce que la Prusse sorte de la guerre avec la France en 1795. Le jeune Carl se place sous la protection de personnalités innovantes comme Scharnhorst. Il assiste aux combats qui, en 1806, mettent à bat la puissance prussienne. Carl Von Clausewitz sera captif en France quelques mois avant de revenir dans une Prusse affaiblie par le traité léonin imposé par Napoléon. Il en profite pour se marier… Car Clausewitz, participant ainsi d’une sensibilité préromantique, est amoureux d’une noble de haut rang, Marie Von Brühl. Il prendra part, sous l’uniforme russe, à la campagne de Russie, à celle d’Allemagne en 1813. En 1815, il est aussi en Belgique à lors de la bataille de Ligny et aussi lors de celle de la Wavre, gagnée par les français de Grouchy mais inutilement : Napoléon a été écrasé à Waterloo…

 

Portée d’une œuvre

Bruno Colson nous donne une biographie qui a pour but d’expliquer comment Clausewitz a pu écrire son De la guerre, que son épouse a publié après sa mort. C’est assez intéressant mais ne peut intéresser que des familiers de la pensée « clausewitzienne ». Cette biographie remarquable ne peut donc être lue avant d’avoir été familiarisé avec  les idées développées dans De la guerre. Néanmoins recommandé aux amateurs.

Sylvain Bonnet

Bruno Colson, Clausewitz, Perrin, ISBN 9782262038380, septembre 2016, 600 pages, 27 €

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.