Satanie, de Fabien Vehlmann et Kerascoët

Je découvre, dans sa réédition chez Soleil, une aventure qui avait été auparavant publiée chez Dargaud, seulement jusqu’au premier tome, et dont les droits viennent d’être rachetés par Soleil dans la collection métamorphose. Un second tome est prévu, et j’avoue déjà l’attendre avec impatience.
Un mot de la couverture, rien qu’à elle envoutante, et qui a du demander déjà pas mal de travail et d’imagination à son auteur.

L’histoire est la suivante : Constantin, jeune chercheur darwiniste aux méthodes décriées, a disparu lors d’une mission spéléologique qui visait à prouver concrètement l’existence de l’Enfer. Sa soeur Charlie, persuadée qu’il est encore en vie, va prendre tous les risques pour le retrouver… et tenter de le sauver de lui-même.
Le lecteur découvre une petite expédition composée d’un féru d’escalade, un vieux de la vieille qui a parcouru plus d’un souterrain, un amoureux transi un peu spécial et un bénévole un peu fou, sans compter Charlie, de son vrai nom Charlotte, qui au début de l’ouvrage paraît bien futile et s’avère être le personnage central de l’histoire.
Les auteurs nous emmènent donc dans les profondeurs de notre monde, et plus ils descendent, plus ce monde devient fascinant et fantasmatique. Tout ce qui est à la source de l’humanité et au coeur de l’évolution se côtoie ici. On ne sait où le chemin peut s’arrêter, ni où l’imagination des auteurs pourrait perdre son souffle tant il y a à voir, découvrir  et réfléchir dans Satanie. Plusieurs lectures sont possibles bien évidemment pour le bonheur du lecteur. Les personnages évoluent intimement également à mesure qu’ils évoluent dans cet enfer étrange où la logique et les conventions sont absolument abolies.
Il faudrait être fou pour ne pas avoir envie de connaître la suite, pour ne pas convoiter un éventuel retour parmi les hommes, comme un autre voyage inversé, insensé et totalement fou. Que de bonheur de s’éparpiller ainsi dans l’inconnu, si mystérieux et sanglant soit-il.

Satanie, de Fabien Vehlmann et Kerascoët, Soleil collection Métamorphose, 124 pages, 22,95 €, octobre 2016

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.