Quitter Paris, de Mademoiselle Caroline

Après avoir contribué (et pas qu’un peu) au succès de l’histoire de Julie Dachez avec La différence invisible, Mademoiselle Caroline revient sur son expérience personnelle.

Cette fois, il s’agit de nous raconter comment elle a quitté Paris. Le pourquoi, on le sait parce que tout le monde en rêve, mais peu osent franchir le cap. Elle affirme clairement et fièrement l’avoir fait, et nous raconte comment ça se passe et à quels changements ont doit s’attendre.

Dans cette BD, on sent que l’auteur s’amuse. Elle joue des contrasts évidents entre la vie parisienne et la vie dans un coin reculé de montagne, où la neige est à la fois un plaisir infini lorsqu’il s’agit de skier (sauf lorsqu’on n’est pas particulièrement douée) et une source d’isolement ou de privation (de nourriture, de contacts).

S’enfouir dans la montagne, c’est dire adieu au livreur de pizza, devoir anticiper l’approvisionnement du frigo, dire adieu à la fibre, s’habiller en gueuse pour des raisons de sécurité ou de santé… mais c’est aussi avoir la paix, une vue magnifique, le calme, dire adieu au métro crasseux et bondé, dire bonjour au fromage fait maison et gratos de la voisine.

Evidemment, ce livre est un moment de franche rigolade et de bonheur, sauf si on prend au premier degré les remarques au sujet des traileurs aux t-shirts finishers, ou encore celles au sujet des cyclistes en montagne. C’est le seul point un peu périlleux du livre : relater une expérience personnelle et pleine d’auto-dérision, c’est génial. En profiter pour démonter les sportifs de haute montagne, c’est moins bien, et c’était pas forcément utile.

Gageons que la plupart des lecteurs rirons de ces derniers points également. :)

Quitter Paris, Mademoiselle Caroline, Editions Delcourt, 2017, 18;95 €

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.