Histoire du Liban, un pays fascinant

 

Un auteur touche à tout

 

Journaliste spécialiste du Proche-Orient à l’agence France-Presse, Xavier Baron a déjà publié des ouvrages sur les pays de la région qui ont fait date : Les Palestiniens, un peuple (Le Sycomore, 1977), Les conflits du Moyen-Orient (Perrin, 2011), Histoire de la Syrie (Tallandier, 2014). Les éditions Tallandier ont publié en mai dernier son Histoire du Liban.

 

L’histoire mouvementée de la naissance d’une nation

 

Avec minutie, Xavier Baron fait un rappel historique intéressant sur le futur Liban, des phéniciens à la conquête arabe. Puis il s’arrêté sur le Moyen-Age qui voit les chrétiens Maronites se réfugier dans la région de la « montagne », retrouvant une autre minorité, les Druzes. Intégré à l’Empire Ottoman, le futur Liban gagne une certaine autonomie avec la famille des Maan et le règne de l’émir Fakhreddine II, qui renforce les liens avec l’Occident. Ce n’est cependant pas avant le XIXe siècle que la région décolle économiquement, grâce à la soie, exportée vers la France par les artisans maronites. Les tensions sociales et communautaires aboutissent à des massacres de chrétiens en 1860 qui amènent la France à intervenir (mollement soutenue par l’Angleterre). Jusqu’à la fin de la période ottomane, ce sera un gouverneur chrétien qui s’occupera de la région.

 

Du mandat à la guerre civile syrienne

 

La première guerre mondiale provoque une grave famine au Liban, sans que les autorités ottomanes cherchent à y remédier… La fin de la Grande Guerre amène la France, à la suite des accords Sykes-Picot, à occuper le Liban et la Syrie dans le cadre d’un mandat octroyé par la société des nations. Si la France construit l’Etat Libanais, le dote d’un cadastre et de lois, elle s’obstine à retarder l’indépendance, pourtant inéluctable. La seconde guerre mondiale voit le Liban devenir un champ de bataille entre vichystes et gaullistes… L’indépendance est finalement obtenue en 1946.

 

Le Liban devient un pays prospère dans la région, régie par des règles démocratiques et communautaires, garantissant aux chrétiens le droit à la parité avec les musulmans (même si ceux-ci deviennent majoritaires). Sans entrer dans les détails (il faut lire le livre) la guerre du Liban est autant due à des tensions internes (sociales et communautaires) qu’à la présence déstabilisante des réfugiés palestiniens et de l’OLP.  Le retour de la paix ne se fait que sous l’égide de la Syrie de la famille Al Assad, qui exerce un droit de tutelle sur le Liban jusqu’en 2005. A côté d’une vie politique tumultueuse, le Liban accueille aujourd’hui plus d’un million de réfugiés syriens : gageons que ce pays maintes fois martyrisé réussira à rester indemne face aux tourmentes actuelles.

 

 

 

Sylvain Bonnet

 

Xavier Baron, Histoire du Liban, Tallandier, mai 2017, 592 pages, 24,90 €

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.