Batman, de Marini

On connait tous Batman. Le personnage de Bob Kane et Bill Finger a fait mille fois le tour du monde. Beaucoup l’apprécie parce que c’est un super-héros qui ne détient aucun super pouvoir. Héros actuel s’il en est, Bruce Wayne (Batman mais à la ville) a choisi de mettre sa fortune au profit de la justice et de la paix quand d’autres continuent de financer la pègre pour rafler le plus gros magot. C’est un vieux héros, tout comme Superman, qui a sans doute été inventé en grande partie à cause du climat de l’époque : en 1939, la guerre éclate.

Gotham City et son héros ont inspiré beaucoup de gens (jusqu’au Go Thaï City qui a ouvert près de chez moi il y a peu), et surtout au cinéma. On retrouve de prestigieux réalisateurs dans le sillon de l’homme masqué : les plus récents sont Tim Burton et Christopher Nolan. Est-il besoin de préciser que ma préférence va à la trilogie du second, très sombre, très Dark Knight… extrêmement réussie ? Zack Snyder s’y colle encore en ce moment, avec le succès mitigé qu’on lui connaît, enchaînant des choix plus que curieux pour incarner l’homme chauve-souris.

On ne va pas refaire l’histoire des nombreuses séries TV, dont la plus célèbre date de 1966, avec Adam West dans le rôle principal. Côté BD, il y a eu beaucoup beaucoup de choses également… et il est périlleux de vouloir s’attaquer au genre du Comics et à Batman en particulier mais Enrico Marini a décidé de tenter l’aventure :

On retrouve un Batman qui ne diffère pas beaucoup de celui de Dark Knight, l’ambiance est sombre, Cat Woman rode dans le quartier, et le Joker est de la partie. Marini prend pourtant un chemin quelque peu déroutant en adossant au héros un lien filial impromptu… et l’angle est plutôt intéressant.

Le premier tome intitulé The Dark Prince Charming laisse le lecteur sur sa faim, et on a hâte d’en apprendre davantage sur le sort des personnages. Très intéressant de savoir ce que l’auteur va faire de cet angle très particulier qu’il a choisi tout en respectant presque à la lettre l’univers et les personnages principaux d’un héros que l’on connaît déjà très bien…

DC, en confiant son Batman à un auteur de BD européen joue ici peut-être une carte clé pour relancer la machine. Si Dark Knight a été un superbe succès, ses dernières licences avec Batman, Superman et Wonder Woman ont connu un succès plutôt mitigé. Il s’agit donc d’une opération un tantinet commerciale, mais qui a toutes les caractéristiques d’une belle réussite !

A suivre absolument !

Batman – The Dark Prince Charming. Tome 1, Enrico Marini. Editions Dargaud, 13,99 euros, sortie le 3 novembre. Édition collector à 19,99 euros, sortie le 1er décembre 2017

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.