KL, bienvenue dans l’horreur nazie

Aux origines

Si le camp est devenu le symbole du IIIe Reich et de la Shoah, le système concentrationnaire mis en place reste largement méconnu du grand public. Tout l’objet du magnum opus de Nikolaus Wachmann est de proposer un panorama exhaustif, qui se veut aussi le plus juste possible. Dès 1933, les nazis ont voulu construire des camps où rassembler leurs opposants politiques. C’est ainsi que naît Dachau où sympathisants socialistes et communistes s’entassent, face à des gardes nazis fanatiques. Mais à ce moment, l’univers concentrationnaire a peu à voir avec la mise en place de la solution finale. On ne peut ici adopter une démarche téléologique, certains dirigeants nazis pensant même, une fois bien établis au pouvoir, à démanteler les camps. C’est Himmler, soutenu par Hitler, qui parvient à « sauver » le système concentrationnaire, prélude à une expansion future.

Portraits de tueurs de masse

Nikolaus Wachmann nous donne à voir des personnages glaçants, tels Theodor Eicke, commandant de Dachau (et ancien patient d’hôpital psychiatrique) qui va initier nombre d’officiers SS à la pratique de la terreur. C’est ainsi que Höss, futur commandant d’Auschwitz fait ses premières classes. Sans oublier Oswald Pohl qui, à la tête du WVHA, administre la terreur nazie durant la guerre, ainsi que les sinistres expériences médicales qui y sont menées.

La vie des camps et la vie des allemands

Wachmann décrit aussi le fonctionnement et la vie des camps, le rôle des doyens et des kapos. Il montre avec talent que le Dachau de 1933 ne contient pas le Dachau de 1945. La terreur de masse aurait pu déboucher sur autre chose que le génocide, même si, in fine, elle y a préparé les esprits. En tout cas, les allemands ne pouvaient ignorer l’existence des camps, vantés par la propagande nazie et de toute façon connu par les récits des anciens prisonniers des années 30. La lecture de l’ouvrage peut être éreintante, elle est en tout cas plus qu’instructive. A lire.

 

 

Sylvain Bonnet

Nikolaus Wachsmann, KL une histoire des camps de concentration nazis, novembre 2017, traduit de l’anglais par Jean-François Sené, Gallimard « NRF essais », 1160 pages, 45 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.