Un raccourci dans le temps

Twillight Zone

Collégienne brillante mais rebelle, Meg Murry est en guerre contre le monde depuis la disparation de son père, astrophysicien de génie. Pourtant, d’improbables entités vont la sortir de sa torpeur, appelées par son jeune frère adoptif, Charles Wallace. Ils vont alors entreprendre un voyage aux confins de l’univers à la fois pour sauver son père mais aussi la Terre…

Grand pape de l’Entertainment de notre époque Disney ne cesse de diviser public et critiques par ses produits, des choix discutables mais parfois par de réelles prises de risque. Mais les studios ont le mérite de ne laisser personne indifférent. Certains diront qu’ils sont aimés et mal aimés pour des mauvaises raisons…Au sein de leur production outre les films d’animation, les Pixar, Marvel, Star Wars et autre Pirates des Caraïbes, s’affichent de temps à autre quelques long-métrages complétement différents, parfois très audacieux. On se souvient notamment de John Carter of Mars et de Lone Ranger décriés à tort par le plus grand nombre à l’instar du dernier Star Wars…

C’est pourquoi l’adaptation du roman éponyme de Maleine L’Engle a  de quoi surprendre, après une première adaptation télévisuelle en 2004 non couronnée de succès. Pour porter ce sommet populaire de la littérature adolescente américaine, le choix de la réalisatrice de Selma et de la scénariste de La reine des neiges se voulait probant au départ, avec l’espoir intime de livrer une partition de la veine des Harry Potter et consort. En outre le récit original avait de quoi séduire même le public d’aujourd’hui (le roman date de 1962) avec ce mélange de voyage spatio-temporel et d’apprentissage adolescent. Ana DuVernay opte pour un casting éclectique et choisit de se passer de certains personnages du roman original pour se concentrer sur Meg et Charles Wallace. Visuellement, le côté rétro intemporel du début et les changements de forme de la suite sont là pour faire croire à cette aventure que la cinéaste voudrait mener tambour battant.

Malheureusement, et la faute n’en incombe pas forcément au matériau d’origine, c’est en grande partie peine perdue en dépit des efforts consentis. Le mal être adolescent même s’il est largement esquissé manque de finesse auquel s’ajoute une épopée si ce n’est sans saveur, au moins inoffensive. Pourtant, tout est fait et mis en place pour nous faire croire à cette odyssée mais le charme ne prend jamais. Les appels du pied incessants au côté adolescent du spectateur restent sans réponse, en raison souvent d’une très grande maladresse dans l’écriture.

Souffrant d’un mauvais équilibre entre produit et véritable récit intelligible sur l’adolescence, Un raccourci dans le temps déçoit autant dans sa conception que dans ses ambitions. Malgré de réelles bonnes intentions, DuVernay se perd sur la route des films mal calibrés alors que ses aînés John Carter et Lone Ranger avaient le mérite de se montrer réellement subversifs par moments.

 

Film américain d’Ava DuVernay avec Storm Reid, Oprah Winfrey, Reese Witjerspoon, Chris Pine. Durée 1h50. Sortie le 14 mars 2018

About François Verstraete

François VERSTRAETE, cinéphile et grand amateur de pop culture