Là où vivent les loups, la surprise de Laurent Guillaume

De la PJ au polar

Ancien policier, Laurent Guillaume a quitté la police en 2012 et est désormais consultant international sur la lutte contre le crime organisé. Il avait déjà tâté de la plume et s’était fait remarquer avec Mako en 2009. On l’avait ensuite retrouvé avec Black Cocaïne (Denoël, 2013) et Delta Charlie Delta (Denoël, 2017). Comme scénariste, on l’a retrouvé, en compagnie d’Olivier Marchal (un autre ancien flic reconverti dans le 7e art) au générique du téléfilm « Borderline » adapté du livre 96 heures, un commissaire en garde à vue de Christophe Gavat, puis sur la série Section zéro (toujours avec Marchal décidément) sur canal +. Avoir été flic peut aider à écrire des polars (après tout, Hammett fut un privé de chez Pinkerton et s’est nourri de son expérience pour ses histoires) mais cela ne suffit pas. Que vaut Là où vivent les loups ?

La Savoie, ton univers impitoyable

Priam Monet, membre de l’IGPN, la police des polices, débarque à Thyanne pour faire un rapport sur l’organisation du poste de police local. Obèse, alcoolique, Monet traîne son passé avec lui : il souffre d’être au placard, après les erreurs qu’il a commises. Il rencontre Claire, un flic de bureau, puis Servier, le chef local qui paraît peu assuré face à lui. Monet commence sans enthousiasme son rapport, cherchant à boire et à baiser le soir, pour oublier. Lorsque le cadavre d’un migrant est découvert, la substitut du procureur, connaissant les états de service de Monet, obtient de l’IGPN qu’il mène l’enquête. Ce dernier obtient d’avoir Claire avec lui. Très vite, les obstacles s’amoncellent, les investigations de Monet semblant gêner le potentat local, Chappaz ainsi que certains de ses employés. Surtout, le migrant n’est pas un migrant mais un ancien militaire qui s’est évadé de prison. Quand Monet apprend que le mort a servi avec le fils de Chappaz en Afghanistan, son instinct de flic se trouve réveillé…

Une complète réussite

Là où vivent les loups, cher amateur, se révèle un excellent polar. On y trouve un flic revenu de tout, Priam (quel prénom !) Monet, prêt à aller jusqu’au bout pour retrouver son estime de lui-même, une intrigue complexe qui va révéler à quel point Thyanne et sa vallée sont sous la coupe d’un potentat capitaliste à l’ancienne. Aux côtés de Monet, la jeune Claire joue le rôle du disciple qui va en apprendre de belles sur son patelin, perdant au passage son innocence. Laurent Guillaume possède un don certain de la narration et surtout un goût pour l’économie, l’efficacité : ici on va droit au but. Cela va dans le sens du polar, y compris dans son versant roman noir. Ça fait du bien de lire un bon polar français ! vivement recommandé.

 

Sylvain Bonnet

Laurent Guillaume, Là où vivent les loups, Denoël sueurs froides, juin 2018, 304 pages, 19,90 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.