Marguerite de Navarre, la princesse artiste

 

Littérature et histoire

Agrégée de lettres modernes et enseignante à l’université du Mans, Patricia Eichel-Lojkine est une spécialiste de la Renaissance, particulièrement l’éducation et à la littérature. Elle a publié excentricité et humanisme : parodie et détournement des codes (Droz, 2002) et Contes en réseaux : L’émergence du conte sur la scène littéraire (Droz, 2013). Tous ses travaux l’ont naturellement amené à étudier l’auteure de l’Heptaméron, la reine Marguerite de Navarre, sœur de François Ier et mère d’Henri IV.

Une princesse protectrice des arts et des évangélistes

Cette biographie de Patricia Eichel-Lojkine constitue une belle occasion de revisiter la figure singulière de Marguerite de Navarre. Orpheline très jeune, élevée comme son frère sous la tutelle plus ou moins lointaine du roi Louis XII, Marguerite n’est pas une princesse classique, vouée au mariage prestigieux. Elle bénéficie d’une éducation hors pair (grâce à sa mère) et des lumières de l’humanisme de l’époque, attirant à la cour de son frère François Ier intellectuels, artistes et poètes. Elle écrit poèmes, prières, oraisons. Profondément chrétienne, elle n’en est pas moins préoccupée par la réforme de l’église et accorde sa protection à des membres du courant évangéliste, aux disciples d’Érasme et même à des luthériens. Elle sauve Clément Marot, par exemple, d’un exil définitif.

Une femme qui transcende son temps

Deux fois mariée, mère de deux enfants (dont une survivra, la future Jeanne d’Albret), Marguerite de Navarre est une femme qui écrit (très bien d’ailleurs). Chose rare, elle est même publié de son vivant et reconnue d’une certaine façon. Elle incarne le raffinement et l’intelligence d’une époque, celle des Valois du XVIe siècle, bénéficiant des échanges culturels avec l’Italie de la Renaissance (le seul bénéfice des guerres d’Italie). Cette biographie de Patricia Eichel-Lojkine constitue une belle occasion de redécouvrir une figure originale, une artiste au fond.

Sylvain Bonnet

Patricia Eichel-Lojkine, Marguerite de Navarre, Perrin, août 2021, 400 pages, 23 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.