Algérie 1914-1962 de la Grande guerre à l’indépendance




Le spécialiste de l’empire colonial

On ne présentera pas Jacques Frémeaux, un des meilleurs connaisseurs de l’empire colonial français et de l’histoire du Maghreb, professeur émérite à la Sorbonne. Il a consacré à l’Algérie française certains de ses meilleurs ouvrages, comme La conquête de l’Algérie (CNRS, 2017). Ici, il donne une suite à son ouvrage paru en 2019, Algérie 1830-1914 où il retraçait avec brio les débuts d’une des seules colonies de peuplement françaises.

Un destin scellé d’avance ?

Avec cet ouvrage, magistral en tous points, le lecteur comprend plusieurs choses. D’abord, la métropole a longtemps ignoré la réalité de sa colonie. L’Algérie souffre en fait de son sous-développement, aggravé par une explosion démographique qui remet en cause la société coloniale. La minorité européenne, dont le propre dynamisme démographique a été cassé par l’hécatombe de la Grande guerre, ne cesse de voir sa part diminuer. Ensuite, il y a ici deux mondes qui se côtoient sans jamais se mélanger, ce qui n’exclue pas ici et là des contacts chaleureux. Enfin, la France a ignoré les demandes de réformes émanant des nationalistes modérés comme Ferhat Abbas.

Le choc de la guerre

À partir de 1954, on s’achemine vers une tragédie. Français et algériens voit chacun dans l’autre les germes de sa possible destruction. La France met (trop) tardivement beaucoup de moyens pour améliorer l’économie du pays et ses infrastructures économiques : songeons au plan de Constantine et à la découverte des hydrocarbures du Sahara. Mais l’Algérie n’était et ne pouvait pas être la France. Frémeaux, désormais retraité, fait ses adieux à un pays qu’il n’a peut-être pas compris mais en tout cas aimé. Moi aussi. Espérons un jour que la France et l’Algérie, sur un pied d’égalité, loin de guerres mémorielles inutiles, sauront se retrouver. Et, oui, s’aimer.

Grande synthèse.

 

Pour Nesrine Cherifi

 

 

Sylvain Bonnet

Jacques Frémeaux, Algérie 1914-1962 de la grande guerre à l’indépendance, éditions du Rocher, septembre 2021, 312 pages, 20,90 €



Share

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.