La falsification de l’histoire, un essai salvateur

L’histoire et la politique

Une campagne présidentielle n’est jamais l’occasion de livres brillants (ou alors plusieurs années après). Mais l’auteur et le sujet appellent à la réflexion. Laurent Joly est assurément un très bon historien, spécialiste de Vichy et de la persécution des juifs en France : on lui doit (Grasset, 2006), L’Etat contre les juifs (Grasset, 2018). Il donne ici un essai court sur la manière dont un candidat, Éric Zemmour réinterprète l’histoire au service du projet politique qu’il propose actuellement aux français. Le sous-titre, Éric Zemmour, l’extrême-droite, Vichy et les juifs, donne le ton.

 

Les faits, rien que les faits

Le cœur de l’ouvrage consiste à démontrer que, contrairement aux assertions de l’essayiste candidat, jamais Vichy ou Pétain n’a cherché à sauver les juifs français en donnant si nécessaire les juifs étrangers. Et c’est vrai. La recherche historique, de Poliakov à Paxton, de Klarsfeld à Joly lui-même, le démontre. Pétain promulgua deux statuts des juifs (il rectifia le premier en le durcissant), créa le commissariat aux questions juives, laissa faire et organiser avec la complicité de l’appareil policier la déportation des juifs à l’été 1942. On reste ici confondu de devoir rappeler en 2022 ce qui est une évidence pour les historiens, sans distinction partisane. Et Pétain ne peut être comparé à de Gaulle : le fondateur de la Ve République fut celui qui réintégra les juifs algériens dans la citoyenneté française (dont la famille d’Éric Zemmour) et fut toute sa vie une cible de l’extrême-droite, des nostalgiques de Vichy aux nervis de l’OAS en passant par les anciens Waffen SS dont un participa à la fondation du FN en 1972. Les deux hommes ne peuvent être confondus.

L’essai de Laurent Joly permet de rétablir ici des faits. Mais, dans notre époque inculte, où seul celui qui insulte et crie le plus fort sur les réseaux sociaux est entendu, qui le lira ?

 

Sylvain Bonnet

Laurent Joly, La falsification de l’histoire, Grasset, janvier 2022, 140 pages, 12 €

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.