Mort d’un pourri, voyageons dans le passé




Journalisme, polar et cinéma

Voici la réédition d’un roman de Raf Vallet alias le journaliste Jean Laborde, chroniqueur judiciaire, intitulé Mort d’un pourri qui est paru initialement à la Série noire en 1972. Notons qu’il sera adapté au cinéma par Lautner et Audiard : cela donnera un film mineur avec Alain Delon (le grand). Alors de quoi au juste nous parle Mort d’un pourri.

Les dessous des années 70

Xav Maupin, ancien de l’OAS, travaille pour Philippe, un député véreux. Philippe tue Serrano, un type un peu louche qui trempe dans l’immobilier. Philippe ne fait pas de vieux os, car le voici lui aussi assassiné et tout accuse Valérie, la fille de Serrano. Belle fille au demeurant, quoiqu’un peu hippie et gauchiste. Xav décide de la protéger (ah ces chevaliers blancs !) et mène sa propre enquête. Il découvre que Serrano tenait des cahiers où il notait tout bien scrupuleusement : de quoi faire tomber quelques ministres qui sont prêts à tout pour récupérer ces cahiers. Et tout indique que Xav les aurait en sa possession. Ce qui n’est pas encore le cas…

Un roman distrayant et nostalgique

La fin du mandat de Georges Pompidou fut secoué par des scandales immobiliers impliquant des députés de la majorité gaulliste : Mort d’un pourri parle un peu de ça, ainsi  que des traces laissés par la guerre d’Algérie (la répression de l’OAS mena le pays au bord de la guerre civile). Le roman se lit d’une traite (il n’est d’ailleurs pas chapitré) et est un témoignage sur une époque révolue. Intéressant et nostalgique, comme lorsqu’on (re)lit Fajardie.

 

Sylvain Bonnet

Raf Vallet, Mort d’un pourri, Gallimard « série noire », préface de de Nicolas Le Flahec, novembre 2021, 304 pages, 14 €


Share

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.