Passeport pour Hollywood



Entretiens avec des Artistes

Les rencontres étalées sur près de quatre décennies entre Michel Ciment et six cinéastes qui auront marqué de leur empreinte le paysage cinématographique américain : Billy Wilder, Joseph Mankiewicz, John Huston, Roman Polanski, Milos Forman et Wim Wenders.

Membre fondateur de la célèbre revue Positif, Michel Ciment se pose tout simplement à l’heure actuelle comme le plus grand critique cinématographique de l’hexagone encore en activité, héritier des Bertrand Tavernier, François Truffaut ou autre Serge Daney, même si ses prises de position ont parfois été à l’opposé de celles adoptées par ses pairs sus cités.

Auteur de plusieurs ouvrages de référence consacrés notamment à John Boorman ou encore à Stanley Kubrick, Michel Ciment a également publié un essai passionnant dédié aux grands visages qui ont jalonné la mise en scène à Hollywood, à savoir Les conquérants du nouveau monde, essai complété à merveille par Passeport pour Hollywood, entretiens poignants avec certaines monstres sacrés et étoiles montantes (au moment où les entretiens furent organisés) du septième art.

Troisième édition enrichie notamment d’un entretien avec Wim Wenders, introuvable en librairie pendant plus de trente ans, Passeport pour Hollywood, malgré la forme quelque peu austère des entretiens, captive le lecteur et fourmille d’anecdotes inattendues tandis que les propos émouvants, acides ou truculents des intervenants étonnent, agacent, surprennent. Des propos rapportés souvent à travers plusieurs rencontres, espacées dans l’espace et le temps, le temps justement pour certains de mûrir et de nourrir leur art. Pour les autres, ils ne le savent pas encore, ils sont au moment de l’entretien, au crépuscule de leur carrière.

Contemporains des Ford, Hawks, Hitchcock ou Lang, Joseph Mankiewicz, Billy Wilder et John Huston ont fait perdurer le fameux classicisme hollywoodien, incarnant par certains aspects, les derniers flambeaux de cette glorieuse période. Amoureux d’une certaine idée de la mise en scène, ils s’opposent aux dérives alors en cours. Ainsi ils n’hésitent pas égratigner certains nouveaux arrivants phares (Wilder ne se montre pas tendre avec Jean-Luc Godard par exemple) ou certaines mauvaises pratiques qui gagnent inlassablement le terrain (ah, la pique de Mankiewicz, fort sexiste d’ailleurs, sur la qualité de la diction vaut son pesant d’or). Roman Polanski et Milos Forman présentent la particularité d’être les premiers cinéastes non-américains à s’attirer les bonnes grâces des critiques et du public américain. D’ailleurs, l’entretien ou plutôt les entretiens avec Milos Forman se parent d’un intérêt particulier puisque Michel Ciment a réussi à interroger le réalisateur à l’occasion de la sortie de chacun de ses long-métrages phares (Hair, Vol au dessus d’un nid de coucou, Amadeus ou encore Les fantômes de Goya). Quant à Wim Wenders, son regard doux amer sur l’Amérique ajoute une saveur particulière à ce crû.

Si pour plusieurs d’entre eux, qui ont connu aussi bien les affres du fascisme que celles du communisme la liberté artistique n’a pas de prix, d’aucun, en dépit des embûches semées par les studios, ne remet en question la chance d’avoir pu vivre pleinement leur expérience hollywoodienne. Ainsi, Milos Forman, par exemple, pointe du doigt bien plus les errements liés à la responsabilité personnelle que ceux du système quand il évoque les contraintes de la profession.

Mais surtout, au-delà des témoignages touchants, des vécus souvent traumatisants, ces entretiens font la part belle à des réalisateurs doués d’un talent confinant quelque fois au génie et qui personnifient une autre conception du cinéma, une autre manière sans doute plus élégante de mettre en scène, qui renvoie aux grandes heures prestigieuses du septième art américain. Comme l’explique Michel Ciment dans son introduction, jamais un pays n’a été à ce point associé à un art comme les Etats Unis avec le cinéma, pour le meilleur et pour le pire.

C’est pourquoi, Passeport pour Hollywood constitue un legs précieux aux générations futures, à la fois d’un des plus grands spécialistes de son temps mais également de ceux qui ont perpétué chacun leur tour la quintessence d’un art plutôt que d’une industrie, de ce qui devrait toujours être le cinéma.

 

Entretiens rapportés par Michel Ciment (troisième édition). 400 pages. Sortie le 5 mai 2022 aux éditions Carlotta


Share

Articles relatifs :

About François Verstraete

François VERSTRAETE, cinéphile et grand amateur de pop culture