Gengis Khan et les dynasties mongoles, un empire à redécouvrir

Ancien professeur dans une université du Minnesota, Jack Wheaterford a beaucoup étudié les indiens d’Amérique et, comme le titre de l’ouvrage l’indique, les Mongols. Il était donc logique qu’il s’intéresse au plus célèbre d’entre eux, Gengis Khan, fondateur du plus grand empire terrestre qui n’ait jamais existé.

Un conquérant que personne n’attendait

Le futur Gengis Khan est un enfant des steppes, né non loin d’un des plus grands empires, la Chine. Élevé à la dure, le futur conquérant doit lutter pour se faire une place et un nom. Il y parvient non sans mal et se sert de la supériorité des cavaliers mongols pour conquérir un empire en Asie centrale, lançant des raids vers la Chine ou le monde musulman. Sa mort ne sonne pas la fin de cet empire agrandi par ses enfants et ses petits-enfants, au premier rang, Khubilai Khan qui soumettra la Chine…mais pas le Japon malgré deux tentatives.

Les raisons d’un succès

Il faut lire l’ouvrage pour comprendre la supériorité militaire des Mongols qui ont soumis la Russie, battu les Hongrois et les chevaliers teutoniques. Si leur empire dure c’est parce que les Mongols sont plutôt tolérants religieusement, tant envers les musulmans, les bouddhistes que les chrétiens (beaucoup de femmes mongoles sont chrétiennes). De plus, contrairement à une idée reçue, les Mongols, sans être des anges, ne font pas de massacres systématiques. C’est Tamerlan, soi-disant descendant de Gengis et qui se rattachera par mariage à sa lignée, qui fut de loin le plus sanguinaire.

Un bon ouvrage pour ceux, nombreux ici, qui ne connaissent rien à l’histoire mongole.

Sylvain Bonnet

Jack Weatherford, Gengis Khan et les dynasties mongoles, traduit de l’anglais par Martine Devillers-Argouac’h, Passés composés, août 2022, 400 pages, 24 €

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.