Hitler et Churchill, le dictateur et le démocrate

Un historien anglais reconnu en France

On connaissait peu de ce côté de la Manche Andrew Roberts, spécialiste de la biographie historique et enseignant au King’s College de Londres, avant que les éditions Perrin fassent paraître en 2020 sa biographie de Churchill qui rencontra un grand succès en librairie. Hitler et Churchill, traduit toujours chez Perrin à la fin de l’été 2022, fut initialement publiée en Grande-Bretagne en 2003 et se veut une histoire comparée des deux hommes, mais quel contraste !

De la supériorité de Churchill

Comment pourrait-il en être autrement puisque Churchill a gagné et qu’Hitler, à jamais devenu l’incarnation du « mal » pour l’opinion pour avoir décidé la Shoah, a perdu ? Tout les oppose en fait. Churchill est un patricien amateur de whisky et Hitler un plébéien végétarien et anti-alcool. L’un est devenu le champion de la démocratie (processus bien analysé par Andrew Roberts) quitte à faire un bout de chemin avec l’URSS (alors que Winston est un pur anticommuniste) alors que l’autre est un dictateur sans foi ni loi qui attaquera la même URSS en juin 1941 malgré le pacte de 1939. Deux charismes en tout cas, même s’il n’est pas du même ordre : Churchill veut persuader et convaincre, Hitler hypnotise et joue sur les bas instincts. Enfin, dans le domaine militaire, Churchill veut se mêler de tout, a des idées souvent fumeuses mais, in fine, si on lui tient tête, fait confiance à ses meilleurs généraux : tout le contraire d’Hitler qui se croit un génie et qui impose des décisions souvent déraisonnables : l’ordre de stopper l’offensive des chars fin mai 1940 répond à un impératif politique -montrer aux généraux qui est le chef – et un non-sens militaire puisqu’il donne un répit inespéré aux britanniques pour rembarquer à Dunkerque.

Je me permets ce cri : vive Churchill !

Je sais que certains veulent le remettre en cause, surtout dans la mouvance « woke », à cause de sa défense de l’empire colonial entre autres, mais dites-vous tous une chose : s’il n’avait pas été là entre juin 1940 et juin 1941, vous ne pourriez pas aujourd’hui parler, écrire, débattre dans des démocraties pluralistes comme la France et la Grande-Bretagne. Donc, je me répète, vive Churchill. Excellent ouvrage.

Sylvain Bonnet

Andrew Roberts, Hitler et Churchill, traduit de l’anglais par Antoine Capet, Perrin, octobre 2022, 384 pages, 23 €

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire, auteur de nouvelles et collaborateur de Boojum et ActuSF.